Chronique : Baby Doll de Hollie Overton


Bibliothèque / mercredi, octobre 30th, 2019
Couverture du livre Baby Doll de Hollie Overton. On y voit le bras d'une jeune femme blanche qui s'agrippe au mur d'une cabane en bois, peint en bleu.

Titre : Baby Doll

Auteur : Hollie Overton

Editions : Mazarine Thriller

Traduction française : Françoise du Sorbier

Parution : 02/05/2018

Lu : 09/10/2019 – 10/10/2019

Cette histoire débute un soir d’hiver. Cette nuit là, Lily Riser prend sa fille dans ses bras et s’enfuit de la cabane dans les bois où elle a été retenue captive pendant huit ans. Mais s’enfuir n’était que le début

J’ai pris ce livre au hasard à la médiathèque et j’ai été happée par l’histoire dès les premières lignes.

Ce qui m’a plu, c’est que l’histoire commence par le « happy ending » où la plupart des histoires de kidnapping se terminent : l’héroïne s’enfuit et retrouve sa famille.

Chaque personnage en ville a été profondément affecté par la disparition de Lily, sa sœur jumelle plus que quiconque. C’était émouvant de les voir être réunis et essayer de reconstruire leur famille après cette tragédie.

Je dois admettre avoir eu peur pour l’évolution de l’histoire à cause d’un triangle amoureux : mais cet élément a été très bien géré par l’auteure. Il est crédible et surtout, il fait sens.

Une poupée d'enfant blonde aux yeux bleus habillée d'un manteau bleu clair en laine. Derrière elle il y a des branches de sapin lourdes de neige.

Plusieurs plot-twist m’ont fait retenir ma respiration durant ma lecture. Nous suivons les personnages dans la reconstruction de leur vie, nous voyons les épreuves, les difficultés psychologiques qu’ils doivent surmonter. Nous suivons également en parallèle le kidnappeur* de Lily qui, dans sa cellule de prison, prépare sa vengeance contre sa « Baby Doll ».

*Ce type est une telle enflure je le déteste je le déteste !!!

Je ne dirais pas que c’est une « belle » histoire, parce que, même si elle se termine bien, les supplices qu’a subis Lily sont épouvantables. Mais c’est une histoire très bien écrite, qui montre ce qui se passe après le « happy ending » – qui n’est que le début en vérité. Des personnages réalistes, une atmosphère d’appréhension qui nous colle à la peau…

Si vous aimez les thrillers, ou que vous voulez essayer le genre, je vous recommande Baby Doll d’Hollie Overton.

Une réponse à « Chronique : Baby Doll de Hollie Overton »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.