Scriptorium

Créer une magie pour son roman

S’il y a de la magie dans votre roman, il est important de se poser quelques questions. Car non, la réponse : « C’est magique. » ne pourra pas toujours vous tirer d’affaires. L’histoire sur laquelle je travaille contient de la magie, j’ai donc pensé partager avec vous les questions que je me suis posé pour la « mettre en forme ».

Article lié : Préparer l’écriture de son roman

Les bases : origine, forme, et manipulation de la magie

L’origine de la magie

Est-ce que la magie a un nom ? Est-ce que ce nom a une signification particulière ?

A-t-elle toujours existé ou y a-t-il une date d’apparition ? Son apparition est-elle un phénomène expliqué ou non ?

Est-ce que tout le monde a connaissance de l’existence de la magie ? Si non : pourquoi ?

A regarder : « How to write a magic system » de Jenna Moreci sur YouTube.

Forme et manipulation

A quoi ressemble votre magie ? (couleur, texture)

Comment l’utilise-t-on ? (formules magiques, potions, symboles, chants)

Quels sont les effets physiques ou psychologiques, à court et long terme, sur ceux qui l’utilisent ?

La magie circule-t-elle librement ou est-elle concentrée en un objet/lieu ?

Trope Talk: Magic by Overly Sarcastic Productions

Le rôle de la magie dans le roman

Les enjeux de la magie

Si cette magie est apparue à une date précise, y a-t-il eu des effets sur la flore et la faune ? lesquels ?

Tout le monde y a accès ou non ? Est-ce qu’on l’utilise au quotidien (pour effectuer des taches ménagères par exemple) ? Ou est-ce une ressource précieuse réservée à une élite ?

Y a-t-il des désaccords au sein de la population à propos de la magie ? Est-elle dangereuse ? selon qui ? pourquoi ?

Est-ce que cette magie suscite de la jalousie pour ceux qui ne la possèdent pas ? Ou du dégoût (voire de la peur) ?

Article lié : Créer des lieux pour son roman

Faire évoluer la magie dans son roman

Si votre magie peut tout faire : Génial !

Mais dans ce cas, vous n’avez pas d’histoire.

Si la magie est tout puissante et peut régler tous les problèmes, eh bien des problèmes, il n’y en a pas. Pensez-y : pourquoi le personnage principal se lancerait dans une aventure périlleuse, et mettrait sa vie en danger à de multiples reprises, s’il a la possibilité de détruire Le Grand Méchant depuis son salon ?

Poser des limites est importants. Il faut définir ce que la magie peut et ne peut pas faire. S’il y a une hiérarchie avec différents niveaux de maîtrise, il faut la respecter :

Une débutante n’aura pas les mêmes capacités qu’un des Maîtres du Grand Conseil. Si la débutante est puissante, qu’elle a un énorme potentiel magique, il faut qu’elle apprenne à le maîtriser. Avoir des pouvoirs, c’est chouette, mais si ces pouvoirs réagissent aux émotions de leur détentrice, cela devient dangereux.

Exemple : en situation de stress ou sur le coup de la colère votre personnage peut manquer de concentration, ou agir sans réfléchir aux conséquences, ce qui peut provoquer de la destruction.

Pour finir, gardez à l’esprit il n’est pas nécessaire de tout expliquer. C’est de la magie. Cependant, il est important de définir des limites. Sans quoi, la présence de cette magie risque de créer un déséquilibre de force entre les personnages et des incohérences dans l’intrigue. La magie doit être crédible. Sinon les lecteurs passeront plus de temps à remettre en question la magie plutôt qu’à apprécier l’histoire.


Epingle Pinterest : La magie dans son roman.

Y a-t-il de la magie dans votre roman ?

Salutations ! Je suis Axelle, étudiante en Lettres Classiques, blogueuse littéraire créatrice et rédactrice de l'Alcôve aux histoires. Rêve et objectif : devenir autrice et vivre de ma plume.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.