Boîte à gâteaux en métal ronde et verte sur laquelle est écrit "BISCUITS". Il y a un assortiment de biscuits à l'intérieur.
Défi Bradbury,  Scriptorium

Défi Bradbury – nouvelle #1 : La boîte à gâteaux

Première semaine, première nouvelle, et je suis presque en retard dans le défi Bradbury – mais voici la nouvelle #1 « La boîte à gâteaux » – Enjoy !

Article lié : Défi Bradbury

La boîte à gâteaux était cachée en haut d’une armoire qui fermait à clé. C’était une boîte verte et ronde en métal sur laquelle étaient représentées différentes sortes de sablés.

Photo au-dessus d'une boîte à gâteaux contenant différents biscuits.

De toutes les boîtes contenant des gâteaux dans la maison de sa grand-mère, c’était la seule qu’Héloïse ne pouvait atteindre et n’avait pas le droit de se servir. Lorsque sa grand-mère descendait la boîte du haut de l’armoire pour l’emmener dans son atelier, Héloïse lorgnait la boîte avec envie.

Héloïse retourna chez sa grand-mère pour le weekend. Elle avait élaboré un plan.

Le dimanche, Grand-mère se rendait à la messe très tôt le matin et Héloïse faisait la grasse matinée. Mais pas cette fois-ci.

En entendant l’eau couler dans la salle de bain, Héloïse ouvrit les yeux. Le moment était venu. Elle se désentortilla des draps et s’extirpa des limbes du sommeil, alerte et impatiente de mettre son plan à exécution.

La porte d’entrée claqua. Par sa fenêtre, Héloïse regarda l’élégant chapeau de sa grand-mère s’éloigner en direction de l’église. Etape une, réussie.

Ni une ni deux Héloïse se précipita dans le salon. Elle jaugea son adversaire, l’armoire, le géant, le colosse qui gardait la précieuse boîte. Elle s’en approcha, tira sur les poignées – fermée. Comme elle l’avait prévu.

L’étape deux du plan était enclenchée : Trouver la clé.

Elle ouvrit les tiroirs des étagères et des buffets. Puis les referma. Puis les rouvrit. Aucune clé. Ses recherches infructueuses, Héloïse s’arrêta un instant, doigt sur le menton. L’horloge au-dessus de la cheminée tournait ; les cloches avaient sonné au loin.

Lorsqu’elle venait ouvrir l’armoire et récupérer la boîte, Grand-mère tenait la clé dans sa main ou la tirait de sa poche – une pensée glaçante traversa Héloïse : « Et si Grand-mère avait pris la clé avec elle ? »

Si tel était le cas, adieu sablés, adieu petits gâteaux…

Elle posa la main contre l’armoire close.

Non. Elle ne pouvait pas se permettre de perdre espoir. Elle devait continuer à chercher !

Héloïse se rendit dans le petit atelier de couture de sa grand-mère. Une odeur de pot-pourri flottait dans l’air. L’endroit était étroit et débordait de rouleaux de tissu empilés les uns sur les autres.

Gros plan sur de grosses bobines de fils colorés. L'image a un rendu vintage.

Les yeux d’Héloïse tombèrent sur une grosse machine à coudre, sur une table en bois où s’étalaient des boutons rangés par taille. Et près de la machine à coudre, une clé. Victoire !

Héloïse fila dans le salon, introduisit la clé dans la serrure avec une main tremblante d’excitation, tourna deux fois… les battants de l’armoire s’ouvrirent avec un bref couinement. Tout en haut, la boîte à gâteaux trônait, majestueuse.

Sur la pointe des pieds et même en sautillant, impossible de l’atteindre. Héloïse essaya de bouger le fauteuil dans lequel sa grand-mère prenait son thé de quatre heures. Le fauteuil refusa de bouger.

Ravalant sa frustration – elle touchait au but – Héloïse se rendit dans la cuisine. Elle piqua un cookie d’un bocal en verre, pour reprendre des forces, puis traina une des chaises devant l’armoire.

Debout sur la pointe des pieds sur la chaise, elle était encore trop petite. Elle tenta de monter sur le dossier, mais renonça vite en sentant la chaise tanguer. Finalement, elle rassembla tous les coussins qu’elle pût, repassa prendre un cookie dans la cuisine pour garder le moral, et empila les coussins sur la chaise.

L’ascension fut longue et difficile. Perchée au sommet de la pile de coussins, Héloïse étira les bras en direction de la boîte. Elle y était presque. Elle se hissa sur le bout de ses orteils. Ses jambes tremblaient, la pile de coussins plus encore. Le métal de la boîte brûlait le bout de ses ongles. Un peu plus haut et elle l’attraperait…

La porte d’entrée s’ouvrit.

Héloïse tourna la tête, par réflexe, en direction du bruit, et perdit promptement l’équilibre.

« Oh, bonjour Héloïse, salua Grand-mère en retirant lentement son manteau, je ne pensais pas que tu serais levée. »

Elle s’avança avec curiosité et confusion vers sa petite fille qui soupirait, étalée en étoile de mer sur une mer de coussins.

« Que faisais-tu ? »

Héloïse pointa du doigt la boîte avant de laisser tomber son bras. Elle avait été si proche du but.

Grand-mère récupéra la boîte. Elle commençait à comprendre la situation et un sourire gagna ses lèvres. Héloïse bondit sur ses pieds tandis qu’elle retirait le couvercle.

« Je peux en avoir… un ? »

La gourmandise dans ses yeux disparu vite. Le visage d’Héloïse se décomposa face aux bobines de fils colorés et aux boutons scintillants comme des pierres précieuses. Grand-mère éclata de rire.

Pin Défi Bradbury 2020 - Nouvelle #1 : La boîte à gâteaux". L'image d'arrière-plan est un assortiment de biscuits secs dans un bol blanc.

« Bien entendu, dit-elle en tendant la boîte à gâteaux, sers-toi ! »


Je suis l’auteure de la nouvelle #1 du défi Bradbury 2020 « La boîte à gâteaux » – toute reproduction totale ou partielle est formellement interdite.


Voilà pour la nouvelle #1 du défi Bradbury ! Merci d’avoir pris le temps de me lire, n’hésitez pas à dire en commentaires ce que vous en avez pensé : positif comme négatif, les deux permettent de progresser !

Salutations ! Je suis Axelle, étudiante en Lettres Classiques, blogueuse littéraire créatrice et rédactrice de l'Alcôve aux histoires. Rêve et objectif : devenir autrice et vivre de ma plume.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.