Défi Bradbury,  Scriptorium

Défi Bradbury – nouvelle #4 : Tête dans les nuages

Tête dans les nuages rentre des cours les yeux perdus dans le ciel. Son sac pèse lourd sur ses épaules mais elle se sent flotter. Ses bras se balancent et percutent des passants. Tête dans les nuages ne détourne pas le regard pour s’excuser.

Le ciel la captive. Elle trouve des silhouettes et des visages dans les ombres changeantes des nuages; il y a du vent, loin au au-dessus des immeubles. La cime des arbres au bord de la route s’agite à peine.

Tête dans les nuages fredonne. Elle glisse sa main dans sa poche et augmente le volume de son mp3. Une symphonie de violons emplie ses oreilles et noie le vrombissement des voitures.

Elle avance à contre-courant. Les passants s’écartent devant elle comme de l’eau rencontrant un rocher. Tête dans les nuages les voit à peine. Elle ne regarde pas ses pieds. Les crevasses de ses baskets sont remplies de chewing-gums verts et roses, de crottes de chiens, et de mégots de cigarette. Sa mère se plaint chaque jour de l’état de ses chaussures.

Mais ses pieds connaissent le chemin de la maison. Pourquoi les regarder ?

Le ciel tire vers l’encre. La nuit tombe de plus en plus tôt. Les lampadaires s’allumeront dans quelques minutes. Un souffle glacé glisse dans la rue et pique le bout de son nez. Tête dans les nuages ajuste son écharpe en cherchant les premières étoiles dans le bleu changeant du ciel.

Passage piéton. Tête dans les nuages fredonne, les yeux perdus dans le ciel. Ses pieds connaissent le chemin ; ils marquent une pause de sept secondes avant de se remettre en mouvement. Le feu est vert.

Mais il y a une voiture qui arrive à toute vitesse. Conduite en état d’ivresse.

Tête dans les nuages fredonne, les yeux perdus dans le ciel.

Impact.


Je suis l’auteure de la nouvelle #4 du défi Bradbury 2020 « Tête dans les nuages » – toute reproduction totale ou partielle est formellement interdite.


Pour les prochaines nouvelles je vais essayer d’augmenter le nombre de mots – celles que j’ai écrit jusqu’à présent me semblent très courtes…

La fin de cette nouvelle me rend triste. Malheureusement, ce genre d’accidents arrive quotidiennement.

Il faut que je varie les registres (je ne voudrais pas déprimer mes lectrices).

N’hésitez pas à dire en commentaires ce que vous en avez pensé !

Nouvelle précédente : La neige tombait…

Salutations ! Je suis Axelle, étudiante en Lettres Classiques, blogueuse littéraire créatrice et rédactrice de l'Alcôve aux histoires. Rêve et objectif : devenir autrice et vivre de ma plume.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.