Photo de piles de dossiers
Défi Bradbury,  Scriptorium

Défi Bradbury – nouvelle #5 : Espionnage

Lucas était en train de fouiller le bureau de sa cible lorsque la porte s’ouvrit.

Trop tard pour se cacher. Il dégaina son arme.

Sa cible n’était pas censée rentrer avant cinq heures.

La porte s’ouvrit lentement, révélant une petite fille en pyjama qui se frottait les yeux.

« Qu’est-ce que tu fais ici ? demanda Lucas en baissant son arme.

— J’habite ici, répondit la fillette en fronçant les sourcils. Personne n’a le droit d’entrer dans le bureau de maman. »

Pourquoi il n’avait été mentionné nulle part que madame Dracray avait une fille ?

Lucas jura à voix basse. L’enfant devenait un témoin gênant mais il ne pouvait pas la tuer : sa mission ne prévoyait pas un laps de temps suffisant pour couvrir un meurtre. Et il n’avait pas le matériel nécessaire. Sans compter que sa cible remarquerait la disparition. Merveilleux.

« Je suis un ami de ta maman, mentit Lucas en se remettant à chercher. Elle m’a autorisé à venir. »

La gamine l’observait toujours depuis la porte. Lucas fit attention à ne pas lui tourner le dos. Comment pourrait-il s’assurer de son silence sans la tuer ?

« Comment tu t’appelles ? demanda-t-elle.

— Pierre.

— Tu cherches quoi ? »

Pendant une demi-seconde, Lucas fut tenté de lui demander des renseignements sur sa mère, avant de juger que ce serait inutile et dangereux. A la manière dont le regard de la fillette papillonnait d’une étagère à l’autre, elle n’avait jamais mis les pieds dans le bureau.

« Je cherche des papiers », répondit-il en ouvrant un tiroir.

Il feuilleta les dossiers, tirant des feuilles pour y jeter un œil avant de les remettre en place. On l’avait prévenu que la cible ne numérisait aucune donnée sensible.

Il souleva une liasse de factures et tapota le fond du tiroir avec la phalange de son index. Un sourire lui vint aux lèvres.

Double-fond.

Lucas tira le précieux dossier de sa cachette et photographia chaque feuille recto-verso. Mission presque accomplie.

La fillette était toujours dans l’embouchure de la porte. Personne n’était supposé voir ce qu’il était en train de faire. Il secoua la tête, marmonnant qu’il toucherait deux mots à l’imbécile qui avait fait les recherches.

Une carte d’anniversaire attira son attention sur le bureau.

Une idée lui vint.

Il leva les yeux vers la fillette. Elle enroulait et déroulait un fil autour de son doigt.

« Tu sais garder un secret ? » demanda Lucas en remettant le dossier et le double-fond en place.

Les yeux de la gamine s’illuminèrent et elle hocha vivement la tête.

Parfait.

« Je prépare une surprise à ta maman.

— Une surprise ?

— Oui, une grande surprise. Mais pour que ça marche, elle ne doit pas savoir que je suis venu ici. Tu ne dois rien dire. D’accord ? »

La gamine pinça les lèvres avec un air très sérieux et acquiesça.

« Bien, pensa Lucas avec satisfaction, ce fut plus facile que prévu. »

Une fois rentré au QG il commencerait à planifier « l’accident » qui prendrait la vie de la fillette, et assurerait son silence. Il ne se réjouissait pas de tuer une enfant, mais hors de question de prendre le risque de la laisser en vie et qu’elle parle.

« Tu prépares quoi comme surprise ?

— C’est un secret », répondit distraitement Lucas.

Il compara les étagères et l’intérieur des tiroirs avec des photos prises avant de commencer à fouiller. Illusion parfaite que rien n’avait été déplacé. Lucas rangea son portable dans sa poche, satisfait, et sortit du bureau.

« Est-ce que c’est une fête ? demanda la fillette à côté de lui. Maman a dit qu’elle aimait faire la fête avec ses amis. »

Lucas ricana dans sa barbe. La cible ne semblait pas être le genre de personne à boire comme un trou. C’est à peine si elle savait sourire. Il acquiesça néanmoins :

« Tu as deviné, dit-il en verrouillant la porte. Mais tu ne dois rien dire.

— Je sais, répondit-elle en levant les yeux au plafond. C’est une surprise. »

Chouette gosse. Dommage qu’il faille la tuer.

« Oh ! Attends ! »

La fillette détala et Lucas la suivit avec inquiétude. Est-ce qu’elle allait lancé l’alarme ?

Apparemment pas.

La gamine se hissa sur une des chaises de la cuisine, qui était ouverte sur le salon, de façon à atteindre le comptoir. Il y avait posé dessus deux bocaux de verre contenant des cookies. Elle plongea la main dans celui qui en contenait le moins, et tendit le biscuit vers l’espion; Lucas accepta, non sans réticence.

« Tu n’en prends pas un ?

— Non. Maman ne veut pas que je grignote entre les repas. »

Lucas tourna le cookie entre ses doigts et le renifla. Eclats d’amandes et pépites de chocolat. Le cookie disparu en trois bouchées.

« C’était très bon, merci. Je vais m’en aller. Rappelle-toi, tu ne dois pas dire que tu m’as…

Je sais. »

Lucas rit et se dirigea vers la porte d’entrée, double de la clé en main.

La porte était à quelques mètres.

La porte était à quelques pas.

Pourquoi s’éloignait-elle ?

Lucas déglutit avec difficulté. Sa gorge était sèche. Son cœur battait étrangement, intensément, dans sa poitrine. La porte s’éloignait. Il cligna des yeux. Ses mains devenaient floues. Il ne sentait plus le bout de ses doigts.

« Merde ! »

L’espion essaya de se tourner vers la fille de sa cible, assise sur le comptoir; le mouvement le fit vaciller. Le sol tangua. Il s’écroula.

Deux minutes plus tard, lorsque l’espion fut immobile, la fillette descendit de son perchoir et composa sur le téléphone du salon le seul numéro qu’elle connaissait par cœur.

« Sophie ?

— Un monsieur est venu dans ton bureau. Je lui ai donné un cookie aux amandes. Il dort dans le salon.

— Très bien, dit madame Dracray avec soulagement. J’envoie quelqu’un s’occuper de lui.

— D’accord.

— A toute à l’heure, mon ange. Tu as très bien réagi. »

Elle raccrocha.

Les légers ronflements de l’espion emplissait le salon.

Sa maman le répétait tout le temps : elle n’avait pas d’amis, que des alliés et des ennemis.

Pin "Défi Bradbury 2020 - Nouvelle #5 : Espionnage". Tampon rouge "Top secret"

Je suis l’auteure de la nouvelle #5 du défi Bradbury 2020 « Espionnage » – toute reproduction totale ou partielle est formellement interdite.


Titre original, je sais. J’ai beaucoup d’imagination.

(Sans rire la partie la plus difficile c’est de trouver un titre.)

Premier titre que j’ai eu pour cette nouvelle a été « Gamine assassine » puis « Somnifère ». Mais en y pensant j’aurais pu la nommer « Surprise » ou « Que des alliés et des ennemis » ou encore « Cookie aux éclats d’amandes et pépites de chocolat »… Tant de possibilités.

Merci d’avoir lu, n’hésitez pas à me dire en commentaires ce que vous en avez pensé, ce qui pourrait être amélioré, etc. !

Nouvelle précédente : Tête dans les nuages.

Salutations ! Je suis Axelle, étudiante passionnée de langues anciennes et de civilisations disparues, blogueuse littéraire créatrice et rédactrice de l'Alcôve aux histoires, et écrivaine aspirant à être publiée (auteure est un métier artistique, mais un métier quand même).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.