Salon

La difficulté de tisser des liens avec les autres

Créer des liens et se sentir connecté avec les autres est important. Vital même. Cette crise sanitaire que nous vivons, à l’instar d’autres temps de crise, nous fait réaliser combien les humains peuvent et savent être solidaires : chants et jeux entre voisins sur les balcons, initiatives citoyennes… Nous traversons une période difficile et avons besoin de connexion.

Il y a quelques semaines, au début du confinement, j’ai installé une application sur mon portable afin de discuter avec des personnes à travers le monde… Les choses ne se sont pas déroulées comme prévu; ce qui m’amène aujourd’hui, après un temps de réflexion, à vous parler de la difficulté de tisser des liens avec d’autres personnes.

A lire : Les 3 grandes catégories de « romance tropes »

Pin : La difficulté de tisser des liens avec les autres.

Vouloir tisser des liens… mais se complaire dans la solitude

Ce qui m’a poussé à écrire cet article sur la difficulté de tisser des liens avec les autres est l’installation d’une application il y a quelques semaines.

Au début du confinement, j’ai installé « Slowly » . Le concept est le suivant : envoyer et recevoir des lettres – avec un temps d’attente pour la réception en fonction d’où se trouve notre correspondant dans le monde. En somme, une relation épistolaire numérique. Plutôt chouette.

Je me suis donc fait un profil. En cette période où tout le monde est chez soi, c’était l’occasion de trouver des correspondants.

J’ai reçu trois lettres.

A ce jour, je n’y ai pas répondu. Échec de l’initiative.

« Pourquoi ne pas avoir répondu ? » me demandez-vous.

Eh bien, avez-vous déjà ressenti une baisse d’énergie à l’idée de faire quelque chose ? Je ne parle pas de flemme ou de procrastination, mais bien d’une fatigue qui vous pèse.

Cette baisse d’énergie, je l’ai ressenti à l’idée de faire du « small-talk » après avoir reçu ces lettres. Au début d’une conversation, les sujets sont souvent épars et superficiels et… comment le formuler… Ah, oui : « Ugh. »

Le plus terrible, c’est que les lettres venaient de personnes qui avaient l’air adorables !

Chaque jour qui passe, mon sentiment de honte/culpabilité augmente et rend le fait de leur répondre plus difficile. Voir impossible. #CercleVicieux

Une part de moi à envie de répondre. Engager la conversation et apprendre à connaître cette personne inconnue à l’autre bout du monde. Même si c’est maladroit au début.

Mais d’un autre côté… la solitude ne me pèse pas.

Que faire, que faire…

Tisser des liens sur Internet

Les réseaux sociaux

Pas de Facebook, de Snapchat, ou de Twitter de mon côté.

Je ne suis pas fan des réseaux sociaux. En grandissant, je n’en avais pas l’utilité. Je n’avais pas non plus envie de montrer mon visage, ni partager ma vie et mes moindres faits et gestes. En plus, de ce que j’en entendais via les amies et camarades de classe qui utilisaient ces applications, ces réseaux semblaient être des chaudrons bouillonnant de toxicité et de drama.

En somme, rien de très attirant*.

J’ai Pinterest – qui n’est pas vraiment un réseau social, certes. Les interactions entre utilisateurs sont faibles sinon nulles. Pourtant c’est mon application préférée.

Sinon j’ai Instagram, installé tard – vers la fin de mes années lycée il me semble. Instagram que j’utilise pour ne pas perdre de vue des amis plus ou moins proches; je poste peu et les stories sont inexistantes de mon côté.

En 2018, je me suis fait un compte bookstagram après avoir découvert la communauté grâce à une épingle de Paperfury sur Pinterest. Cette communauté de #booklovers est super et j’ai pu faire la connaissance de filles géniales.

Voilà plusieurs mois que je ne poste plus. Mon compte n’est pas abandonné. Je vais le reprendre – mais je n’ai pas encore de date.

*Mon opinion est plus nuancée qu’elle ne l’était étant plus jeune, mais ces réseaux sociaux ne m’attirent pas.

La blogosphère

La blogosphère. Le monde du blogging, comme on dit.

De tous les supports, le blog est celui que je préfère.

J’aime tout le travail à faire autour du blog, que ce soit trouver des idées, rédiger des articles ou m’occuper – lorsque cela est nécessaire – de la partie technique. J’aime lire les articles d’autres blogueuses et visiter leur site, laisser des commentaires pour échanger autour de littérature, de lifestyle, de voyages, et de tant d’autres choses encore…

J’ai récemment lu un article sur le blog No Tuxedo : « Etre introverti – Les 4 avantages qu’apportent le blogging » – qui m’a fait réaliser que, vraiment, tenir un blog me correspondait.

Je me suis reconnue** dans les différents points, et cela est rassurant de voir qu’il suffit de trouver le format, la manière de faire, qui nous correspond pour interagir avec le reste du monde.

Je ne suis pas la meilleure pour tisser des liens avec les autres, mais, avec l’Alcôve aux histoires, je pense avoir trouvé mon meilleur moyen de communication.

**et peut-être vous reconnaîtrez vous ?


Pin : La difficulté de tisser des liens avec les autres.

Quelle est la plus grande difficulté pour vous : tisser des liens sur Internet ou dans la « vraie » vie ?

Salutations ! Je suis Axelle, étudiante en Lettres Classiques, blogueuse littéraire créatrice et rédactrice de l'Alcôve aux histoires. Rêve et objectif : devenir autrice et vivre de ma plume.

2 commentaires

  • Enirtourenef

    C’est assez difficile pour moi aussi de tisser des liens, surtout que je n’aime pas trop parler de moi, même si cette dernière année sur le blog a beaucoup changé les choses de ce côté-là. J’aime beaucoup bloguer pour ça, parce que c’est plus facile.

    • Axelle Caneli

      Bloguer aide beaucoup à comment dire… s’affirmer ? sortir de sa coquille ? Je n’aime pas trop parler de moi non plus. Lorsque je suis avec d’autres personnes, j’aurais plus tendance à écouter, et à intervenir seulement si j’estime que ce que j’ai a dire est pertinent. Avoir le blog rend l’échange avec les autres plus facile ^^

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.