Once I am gone – Poème original

Last updated on 28 juin 2021

Once I am gone – Lorsque je serais partie – est un poème sur la mort, en particulier ce qu’il advient au corps après la mort. Je n’ai pas envie d’être enterrée dans un cercueil en fer forgé ultra solide avec à l’intérieur des coussins de soie. Je n’en voie pas l’intérêt. Quitte à être morte, autant servir de composte aux arbres.

A lire : Chronique : La Métamorphose de Franz Kafka

Je trouve l’image apaisante; une sorte de « retour aux sources ». Don’t get me wrong, la putréfaction n’est pas glamour, mais je trouve l’idée de se décompose à l’abri des arbres reposante. Disparaître lentement jusqu’à fondre totalement dans le sol de la forêt…

Once I am gone:

Bury me in the soft ground Let me rot. Do not preserve my dead body In a casket made of the strongest tree I do not wish to lie upon soft cushions For I am not asleep And will awake No more. Let the earth feast upon my unmoving flesh Let creatures of beneath carve my heart and my bones Let my body fall into nothingness. Do not try to preserve my corpse. Let Time claim what remain of me Bury me in the depth of the earth Among the gravel, the roots, and the dirt. Let me disappear under the shade of trees Let me disappear as I intend to do. Let me disappear in the ground Let the Earth claim what remain of me As it is supposed to be.

Pour découvrir d’autres poèmes, jetez un oeil à la chaine Youtube de l’Alcôve aux histoires !

A bientôt !

Epingle Pinterest poème Once I am gone par Axelle Caneli

Recevez la newsletter

Vos données sont privées et ne seront utilisées que pour vous envoyer la newsletter. Lire notre politique de confidentialité.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.